Skip links

Les OSC libanaises et la numérisation : Une transition vers la cybersociété


Une recherche menée par les jeunes en 2021

Siren Analytics et le Réseau des ONG arabes pour le développement (ANND) ont lancé un projet commun de recherche. Ce dernier visait à recenser les besoins et les capacités des organisations de la société civile (OSC) intervenant au Liban, en termes de structures politiques internes, de besoins en renforcement des capacités et de recours aux technologies numériques et modernes pour les programmes et le développement organisationnel.

Siren Analytics a effectué la recherche préliminaire sur la base d’un questionnaire du 17 juin au 16 juillet 2021. L’étude s’est intéressée à trois domaines organisationnels principaux : la planification et l’approvisionnement, la préparation technologique et numérique, et les capacités de plaidoyer et de supervision. L’équipe des associés juniors de Siren, impliquée dans le programme Youth4Governance, a répertorié un large éventail d’OSC en activité au Liban et s’est engagée auprès de ces dernières par le biais de divers canaux de communication.

Un échantillon de 450 OSC a été constitué, englobant tous les domaines d’expertise, y compris les organisations non gouvernementales (ONG), les syndicats et les acteurs universitaires impliqués dans les programmes de sensibilisation et de renforcement des capacités au Liban. Grâce à leur interaction avec les représentants des OSC ayant rempli le formulaire et au soutien apporté à ces derniers, les associés juniors ont réussi à accroître leurs compétences en communication, ainsi que leur compréhension du paysage de la société civile libanaise.

« Nous avons été confrontés à un certain nombre de défis tout au long de ce processus, car nous avons relevé des informations à rectifier, notamment des numéros de téléphone ou des adresses électroniques erronés, voire des organisations qui n’existent plus ». Lyn (étudiante en droit, Université libanaise), Élie (ingénieur USJ), Michèle (ingénieure USJ), Habiba (ingénieure en informatique et communication AUB)

Au total, 114 OSC se sont montrées réactives et ont répondu à l’enquête en ligne. Cette dernière a bénéficié du plus haut niveau de sécurité et de confidentialité en matière de données et a abouti à la production d’une note d’orientation proposant une perspective quant à l’auto-évaluation par les OSC de leur performance organisationnelle et de leur préparation numérique. Les chercheurs de Youth4governance ont bénéficié d’une formation et du soutien de professeurs et d’anciens élèves de l’USJ. Au menu de la formation, l’épuration et la consolidation des données relatives à la recherche qualitative et quantitative, l’analyse et la visualisation.
« Après avoir recueilli plus de 100 réponses à l’enquête, nous avons dû procéder à l’épuration des données, qui représente la phase la plus cruciale du projet. C’est une opération délicate qui exige une grande attention, et que nous n’avions jamais abordée auparavant. C’était la première fois que nous prenions part à une véritable initiative de recherche. » Lyn Mneimneh (étudiante en droit, UL)
Par ailleurs, les chercheurs de Youth4Governance ont participé à un groupe de discussion composé de représentants d’OSC de diverses régions du Liban et traitant de multiples sujets, notamment la gouvernance, l’environnement, les LGBTIQ+, la démocratie et les élections, les droits de l’homme, le genre, les personnes handicapées et la participation des jeunes.

Les groupes de discussion leur ont permis de se familiariser avec la pratique de la recherche qualitative et la production de rapports ultérieurs. Les constatations de ces derniers et les résultats de l’enquête ont été regroupés dans un projet de note d’orientation, qui tiendra lieu de feuille de route pour la numérisation des OSC.

Pour lire le rapport, veuillez cliquer sur ce lien.